COVID-19 : structures agiles, inspirantes et bonnes pratiques (épisode 2)

Témoignage de Patrick Reimeringer, de la société Bürkert France

Entretien avec Patrick Reimeringer, Directeur Général de Bürkert France, société basée à Triembach Au Val (67), qui compte 250 salariés.

Bürkert France est un centre de compétences pour la fabrication de capteurs pour l’ensemble des divisions monde du groupe. L’ensemble de la chaine de valeur est présent sur site : R&D, laboratoire, production, expédition.

Avec l’annonce du confinement, l’entreprise s’est réorganisée et a poursuivi son activité. Une centaine de personnes sont présentes sur site et environ 150 personnes en télétravail.

AVEZ-VOUS STRUCTURÉ LA COMMUNICATION, ET COMMENT ?

Patrick Reimeringer : L’entreprise fonctionne depuis de nombreuses années avec des rituels de points d’équipes, la situation actuelle n’a pas modifié ces échanges réguliers.

Le CoDir a depuis le début du confinement créé un rituel d’échanges quotidien à 11 h 30.

COMMENT GARDEZ-VOUS LE LIEN AVEC LES ÉQUIPES ?

Patrick Reimeringer : Le service RH a mené des enquêtes par téléphone et visio pour prendre le pouls des équipes, et pouvoir apporter une réponse adaptée à chaque situation :

  • reprise de travail dans les meilleures conditions pour les personnes arrêtées pour motif de santé;
  • échange avec ceux qui étaient arrêtés pour motif familial, et étude en fonction des cas d’une reprise de travail en temps adapté;
  • point et contributions potentielles pour garantir un télétravail optimisé et serein.

Avec les équipes sur place, les contacts sont réguliers. Les membres du CoDir sont présents physiquement dans l’entreprise, et font très régulièrement le tour de l’entreprise pour aller à la rencontre des collaborateurs. Ils se tiennent par ailleurs à disposition pour échanger.

COMMENT ENTRETENEZ-VOUS LA MOTIVATION DES SALARIES ? ET COMMENT ENTRETENEZ-VOUS UN ÉTAT D’ESPRIT CONSTRUCTIF ?

Patrick Reimeringer : Nous travaillons depuis plusieurs années avec des outils pour favoriser le travail en tous lieux et l’autonomie des équipes.

Nos process sont collaboratifs, et les prises d’initiatives et de responsabilisation de chacun dans la chaîne de valeur de l’entreprise sont partagés par l’ensemble des collaborateurs.

Ainsi, pour citer un exemple, nous avons une équipe de production qui pour réduire les interactions et assurer la sécurité de ses membres en respectant les gestes et distances barrières, travaillent aujourd’hui en équipes décalées sans se croiser.

L’accueil de la nouvelle n’a pas été évident pour cette équipe qui n’a jamais travaillé dans cette configuration.

Grâce à des discussions ouvertes, les membres ont pu trouver une organisation adaptée pour tous, en tenant compte des impératifs personnels de chacun.

Ils ont finalement grâce à cette situation inédite, pu prendre conscience de la latitude d’action et de responsabilisation qu’ils pouvaient avoir. 

Par ailleurs, la solidarité est une valeur forte de l’entreprise. Là où des équipes étaient en sous-effectif des managers d’autres services sont venus en renfort.

Des ingénieurs sont aussi présents pour assurer le travail aux côtés des équipes de production.

Enfin, la présence de l’équipe de Direction sur place apporte aussi beaucoup à la motivation et à l’engagement des équipes.

COMMENT ASSUREZ-VOUS LA SÉCURITÉ DES ÉQUIPES PRÉSENTES DANS L’ENTREPRISE ?

Patrick Reimeringer : Comme évoqué précédemment, nous avons reconfiguré certaines équipes, et nous portons une attention particulière à la pédagogie.

Voici quelques exemples :

  • les écrans présents dans l’entreprise diffusent des vidéos afin d’expliquer comment mettre et porter un masque;
  • les masques sont disponibles à la demande, pour sensibiliser à leur bon usage. Toute demande est accompagnée d’un échange avec un membre de la direction pour connaître les motivations et accompagner au mieux à la bonne utilisation et à la bonne connaissance des gestes et distances de sécurité;
  • les salariés peuvent se rendre à l’entreprise pour travailler ou accéder à des dossiers. A chaque arrivée (dans le cas notamment d’une venue ponctuelle), un échange est organisé avec un membre du CoDir pour expliquer les règles de sécurité et d’utilisation des espaces. Ces règles évoluant au fil de l’eau, il est essentiel de les partager.

Ces rencontres sont aussi l’occasion d’échanger plus globalement et de prendre le pouls.

QUELS OUTILS UTILISEZ-VOUS ? POUR QUEL USAGE ? 

Patrick Reimeringer : Depuis plusieurs années, nous utilisons des outils pour simplifier et faciliter le travail à distance :

  • Cisco – Jabber : messagerie instantanée, utilisée en interne
  • Cisco – Webex : pour les échanges extérieurs à l’entreprise : visio conférence – web conférence avec des outils collaboratifs.

Ces outils sont connus par tous, jusqu’à présent ils étaient utilisés à 10 – 15 % de leur capacité. Aujourd’hui, ils sont devenus des outils de travail prioritaires dans l’entreprise.

Cette situation inédite, qui a transformé nos modes de travail en étant presque tous à distance, nous a permis sur certains dossiers d’avancer plus vite, et donc de gagner en efficacité.

CELA FAIT PLUS DE 6 SEMAINES QUE LA SITUATION PERDURE, COMMENT SE PORTE L’ACTIVITÉ DE VOTRE ENTREPRISE ?

Patrick Reimeringer : L’activité économique de l’entreprise sur le mois de mars se maintient, notre fonctionnement souple nous a permis de nous adapter à la demande directement liée à la situation actuelle.

L’agilité de notre organisation et par la même de nos équipes a fortement contribué à notre capacité d’adaptation.

POUR FINIR, PERSONNELLEMENT QU’ÉVOQUE POUR VOUS LA « CRISE » ACTUELLE AMENÉE PAR LE COVID-19, ET QUELS SONT VOS ESPOIRS POUR DEMAIN ?

Patrick Reimeringer : Plus que jamais, une sensibilisation plus générale aux thématiques fondamentales environnementales. A l’échelle de mon entreprise pouvoir avancer davantage sur des sujets en faisant évoluer les usages (co-voiturage, économie d’énergie, par exemple).

Cette situation nous montre finalement que tout est possible, et que tout peut arriver.

J’aime beaucoup une fable de La Fontaine que je trouve très à propos : « Le Chêne et le Roseau ».

En synthèse,

« nous nous devons d’être aussi fort que le chêne et aussi souple que le roseau pour nous adapter aux vents, tempêtes qui pourront croiser nos chemins ».

 

Propos recueillis par Nathalie Scheer, Partenaire CoLes enjeux évoluent, les attentes évoluent, les solutions existent !

 

Z’Est communication vous accompagne dans vos projets de communication, de transformation, et de Qualité de Vie au Travail : conseils, structure, gestion de projets, rédaction et création de visuels (images et vidéos).

Un zeste de patience