Digital Detox, la déconnexion au profit de la performance

Parmi les « 1ères leçons d’une crise » (thématique de la récente Semaine QVT 2020), le digital a été un grand sujet. Comment l’utiliser à bon escient, dans cette période où nous avons tous été, à un moment où à un autre, hyper-connectés ? Comment trouver l’équilibre, quand notre téléphone et notre ordinateur sont des outils indispensables à notre quotidien, et notamment en télétravail ?

Le droit à la déconnexion a été inscrit dans le code du travail (article L.2242-8, 7°), suite à l’adoption de la loi n°2016-1088 du 8 août 2016 (article 55) relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels. Cette loi est applicable depuis le 1er Janvier 2017.

Digital Detox, c’est quoi ?

La Digital Detox est une tendance sociétale, qui a vu le jour aux Etats-Unis en 2017, et qui est arrivée massivement en France ces dernières années.

L’objectif d’une Digital Detox est simple : revenir aux sources. Aux valeurs communes, au social, à la vie en communauté, de créer des liens avec ceux qui nous entourent.

De plus en plus de séminaires éco-responsables, événements d’entreprise, se font sur cette demande émanant des salariés : des événements pour se détendre, se déconnecter et passer quelques heures sans objets connectés. Juste aller à la rencontre de l’autre, échanger, partager, revenir à l’essentiel, aller au contact de la nature, se régénérer et s’inspirer, ensemble.

Chiffres clés 

  • 42 % des utilisateurs français de smartphones se considèrent être « dépendants » de leur téléphone (source IFOP).
  • Nous touchons notre écran de téléphone 2617 fois par jour, et il nous faut environ 23 minutes pour nous re-concentrer quand une notification nous a interpellé.
  • Nous passons en moyenne entre 2h30 et 3h30 sur notre smartphone par jour.

D’ailleurs, connaissez-vous la « Nomophobie » : c’est l’angoisse de ne pas avoir son smartphone sur soi, ou que la batterie passe sous les 10 %.

Dommages liés au digital et à l’hyperconnexion

  • L’infobésité : l’excès d’information qui nous submerge
  • Le Blurring : effacement de la frontière vie professionnelle / vie personnelle
  • Le Phubbing : le fait de « snober » la personne présente physiquement en face de vous, en utilisant son smartphone
  • L’Oversharing : le fait de tout partager, tout le temps, sur les réseaux sociaux (en réunion, à la piscine, au parc, aux toilettes…)
  • FOMO (Fear Of Missing Out) : la peur de passer à côté de quelque chose, d’un événement, ou d’une information

Faire des PAUSES !

Depuis le confinement, on se met en moyenne à 8h30 au travail, et on ne prend plus les pauses. Le réflexe du RDV café avec les collègues n’est pas là, la salle de pause non plus… Bref, on enchaîne, et pourtant les pauses c’est important : à partir de 45 minutes de travail, la productivité chute, la capacité à se concentrer chute. Si vous prenez une pause de 5 à 10 minutes toutes les 45 minutes, vous serez plus efficace qu’en passant 3 heures continue sur un dossier. Apprendre à perdre du temps pour en gagner derrière 😉

Bienfaits de la Digital Detox

  • Hausse de la qualité de vie au travail (QVT), et du bien-être global
  • Réduction des risques psychosociaux
  • Hausse de la performance et de la créativité
  • Meilleur équilibre vie pro / vie perso
  • Baisse de l’emprunte écologique liée à l’usage des serveurs

La déconnexion numérique permet d’améliorer la concentration, de stimuler la créativité, de recréer du lien et surtout de réduire le niveau de stress lié au digital.

La Digital Detox est un facteur de réussite, de performance et de productivité.

Ne pas culpabiliser !

Oui c’est bien franco-français, et en lien avec notre fameux présentéisme à toute épreuve, à toute heure, à tout moment… !

Mais ce mode de fonctionnement est en train de changer, et nous avons pris de grandes leçons récemment. Quel que soit notre statut, notre niveau hiérarchique. Notamment que l’Humain, qui est passé en priorité devant l’économie du pays (et du monde), est le moteur le plus précieux à entretenir, à prendre soin. Ce n’est pas parce que l’on s’accorde des pauses, que le travail est mal fait et que la planète s’arrête de tourner. Au contraire, et les grands sportifs le confirment, c’est en faisant des pauses que nous pouvons être au maximum de notre performance, une fois nos batteries rechargées. Et notre cerveau est une batterie que nous nous devons de chouchouter, pour ne pas la faire brûler !

Un zeste de patience